1 DIGITA
Ensemble Batida & Hécatombe

Gare du Nord

26. November 2020

Über Umwege trafen die beiden Genfer Kollektive Ensemble Batida und Hécatombe, nach der erfolgreichen Zusammenarbeit am Projekt OBLIKVAJ, zwischen zwei Welten bei DIĜITA wieder aufeinander. Auf der Bühne ist eine Art 3D-Comic in Form eines Würfels, ein grafischer Klangraum, gebaut von Hécatombe, dem Ensemble Batida, Giuseppe Greco und David Poissonier, zu sehen, in welchem sich die Musiker befinden. Wie eine kleine Insel mit nur 2.5 Metern Seitenlänge beherbergt der Würfel die Musiker und ihre Steuerungen (Touch-Synthesizer, Sampler, Tire-pads, 3D Sensoren) sowie ein Klangdiffusionssystem und vereint gleichzeitig verschiedenste Eigenschaften: er ist ein Konzertsaal, welcher von mehreren Seiten aus beobachtet werden kann, eine Handchoreografie, eine Videoinstallation und ein digitaler dreidimensionaler Comic.

Programm
DIĜITA (2019)

Mit
Ensemble Batida www.ensemble-batida.com
Alexandra Bellon, Anne Briset, Raphaël Krajka, Jeanne Larrouturou, Viva Sanchez Reinoso
Künstlerkollektiv Hécatombe www.hecatombe.ch
Aude Barrio, Néoine Pifer, Bastien Gachet, Yannis La Macchia, Barbara Meuli, Thomas Perrodin
Giuseppe Greco (Video), David Poissonier


Ensemble Batida
Formé en 2010 à Genève, l’Ensemble Batida est un collectif de cinq musiciens, percussionnistes et pianistes, avides d’exploration : Alexandra Bellon, Anne Briset, Raphaël Krajka, Jeanne Larrouturou, Viva Sanchez Reinoso. De projet en projet, les imaginaires qu’ils font lever mêlent la force acoustique des instruments percussifs au spectre sonore élargi des musiques électroniques.
Ils fréquentent tant la musique contemporaine écrite que l’improvisation, produisent des concerts ou des objets scéniques transdisciplinaires, et ne se donnent que peu de limites dans leurs expérimentations. Leurs concerts-concepts se déplient comme des architectures poétiques, générant des installations singulières, des instruments inventés, des configurations insolites.
Leurs objets discographiques sont la représentation matérielle de leurs explorations artistiques : tant le CD Monographie Martin Matalon, pièces de répertoire du XXIe siècle, que les vinyles et flexi-discs Oblikvaj, trajectoire oblique entre les dessinateurs du collectif Hécatombe et les musiciens de l’Ensemble Batida, ou encore la K7 VESADI, soirée d’improvisation sur partitions graphiques lors du Monstre Festival 2018.
"Virtuose de la fusion des timbres ", selon le critique musical du quotidien Le Monde Pierre Gervasoni, ils savent explorer l’infiniment petit au coeur du son et pratiquer une orfèvrerie de pointe. Parmi les distinctions reçues, ils obtiennent en 2018 le soutien de la bourse culturelle de la fondation Leenaards.
En live, le public est saisi par leur énergie scénique et leur osmose musicale, qualités qu’ils mettent au service de pièces du répertoire ou de projets collaboratifs avec d’autres disciplines. Batida, c’est un cocktail explosif, c’est la constance des basses, c’est le bourdonnement harmonique de la matière qui se propage en vibrations.

David Poissonnier
Après des études musicales et une licence de physique, il obtient le diplôme de Directeur du Son du Centre Primus à l’Université de Strasbourg. Il entre à l’Ircam à Paris en 1994, où il sera responsable de l’Ingénierie sonore de 2003 à 2010. Il y travaille avec de nombreux compositeurs dont Pierre Boulez, Kaija Saariaho, Philippe Manoury, Martin Matalon, Michael Jarrell, Jonathan Harvey, Georges Aperghis, etc.
Il assure la diffusion sonore et la création de nombreux concerts et operas dans toute l’Europe et aux États-Unis dans des salles prestigieuses (Carnegie Hall, Staatsoper de Berlin, Philharmonie de Berlin, Opéra Bastille, Théâtre de la Monnaie, etc.) avec différents ensembles et orchestres (Ensemble Intercontemporain, Contrechamps, Philharmonique de Berlin, Orchestre National de France, Avanti! etc.)
Par ailleurs, il enregistre des disques avec l’Ensemble Intercontemporain (collection Sirènes) et des solistes comme Alexis Descharmes, Vincent David, Jérôme Comte, Diego Tosi, etc. Il obtient un Grammy Awards en 2010 pour le mixage de l’électronique dans " L’Amour de loin " de Kaija Saariaho (Harmonia Mundi) Depuis 2010, il travaille à la Haute École de Musique de Genève au sein du Centre de Musique Électroacoustique (CME) et de la classe de composition de Michael Jarrell, et comme ingénieur du son freelance.

Hécatombe
Nous avons fondé Hécatombe en 2004, motivés par une passion profonde pour le dessin et ses possibilités narratives. Nous avions en tête l’idée de toucher à la bande dessinée, surtout pour l’emmener se perdre au loin. Plus d’une décennie après, alors que nous continuons souvent à façonner nos livres nous-mêmes, nos discussions portent sur des disciplines très diverses, entre lesquelles une forme " d’art séquentiel " sert de pont. Nous n’avons pas envie de grossir mais de préserver l’équilibre d’une production à taille humaine qui nous garantit cette liberté accrue.
Nous oeuvrons chacun à nos propres publications et les regroupons sous une bannière commune. Nous partageons nos avis, nos goûts et nos opinions, certains que nos travaux s’enrichissent mutuellement. Nous échangeons matériaux, conseils et coups de main, convaincus qu’en definitive l’auteur d’un livre reste son créateur jusque dans son aspect plastique. Nous puisons dans l’éventail des choix habituellement laissés à l’éditeur sans vraiment chercher à le devenir à notre tour.
Nous pensons que la lecture est à ce point influencée par son support de publication, que l’auteur est en droit de penser simultanément l’écriture et l’objet. Nous avons la sensation qu’être auteur ou éditeur, c’est travailler autant sur le contenu que sur la matérialité. Parce qu’en réalité, il n’y a pas de différence entre les deux.
Notre catalogue se construit ainsi, par accumulation de projets divers, reflétant nos idées, discussions et interrogations du moment, pour leur donner vie ou parfois simplement pour en laisser une trace.

Giuseppe Greco
Pendant qu’il obtient son Diplôme d’Électronicien à l’École des Métiers de Lausanne et son Certificat d’Assistant Audio au Centre de Formation des Métiers du Son de Lausanne, il se découvre une passion: le travail de l’image. Dès lors, il se forme aux techniques de l’image de manière autodidacte et débute sa carrière en tant qu’indépendant avec différents mandats à la RTS et pour les festivals Montreux Jazz, Festival de la Cité ou le Paléo. En 2012, il est engagé́ en tant que régisseur vidéo au Théâtre de Vidy-Lausanne. Il débute cette collaboration par une tournée avec la Compagnie Dernière Minute de Pierre Rigal. Il poursuit avec la tournée des Revenants de Thomas Ostermeier, puis les créations de Perturbation de Krystian Lupa, et de Rome-Nanterre de Gian Manuel Rau. Puis, il travaille et collabore régulièrement avec des compagnies de danse et de théâtre telles que les compagnies Fabienne Berger, Gianni Schneider, Isis Fahmy, Karim Belkacem…
En 2015, il participe à la création Trilogie du Revoir de Benjamin Porée, pour le Festival d’Avignon. Il mène également la création vidéo pour l’ouverture de saison de la Maison de la Danse de Lyon avec le Cantique des Cantiques de Abou Lagraa (Cie Baraka) et Mikael Serre, inaugure à nouvelle salle de la Maison de Culture 93 avec le spectacle de la Pomme dans le noir mise en scène par Marie-Christine Soma.

© 2019 by IGNM Basel.